dimanche 31 octobre 2010

18e Salon International du Chat d'Orléans

Ce week-end se déroule au parc des expositions d'Orléans le 18e Salon International du Chat organisé par l'Association Féline des Pays de Loire, l'Association Féline du Persan et le Catimini Club. Parmi les 568 matous présentés, vous pourrez voir deux de nos Maine Coon : Fanfan et Elliot.Si vous êtes dans la région, je vous engage vivement à vous y rendre pour passer un bon moment : tous les passionnés présents vous diront tout sur le chat.



HADOPI et les 10% d'erreurs d'identification : il faut bien compter un peu de pertes non ?

Pas faute de l'avoir écrit, le bug à bon dos ......

Vu sur Nouvelobs.com : Hadopi : les 10% d'erreur dans les demandes d'identification seraient dus à un "bug"

La plate-forme technique mise en place par la Haute Autorité n'est pas si efficace que ça puisque une demande sur 10 ne correspond pas à une adresse valide.

Premier couac pour la riposte graduée. PC Inpact révèle que 10% des demandes d'identification envoyées aux FAI par la Haute Autorité ne peuvent être satisfaites et reviennent donc avec un message d'erreur. Traduction : 10% des adresses IP collectées ne peuvent être identifiées.

Le taux de retours positifs atteindrait donc 90 à 92% selon nos confrères. Ca commence bien... Ce taux d'erreur est inquiétant car il concerne une première vague d'envois assez restreinte (2000 emails sur un mois).

Vérifications

On peut donc s'interroger sur l'efficacité d'un système qui doit monter en charge. Quel sera le taux d'erreur lorsque la riposte graduée aura atteint son rythme de croisière, à savoir 1000 à 2000 avertissements par jour ?

Selon nos confrères, ces IP non identifiables ne correspondent pas à des abonnés mais à des services d'hébergement en ligne comme OVH. La Haute Autorité a qualifié ce problème de "bug inquiétant" et promet des vérifications.

Une bonne nouvelle puisque l'on sait que le dispositif technique de repérage mis en place s'exécute sans contrôle de sa part... Rappelons que la Hadopi se contente de recevoir les paquets d'IP identifiés par les ayants-droits au travers de la surveillance des réseaux P2P mis en place par la société TMG.

jeudi 28 octobre 2010

Pillar Data : AxiomOne 5 en vue

Beaucoup de nouveautés en vue chez Pillar pour cette fin d'année. La baie Axiom va devenir partitionnable, mieux, la fonctionnalité Storage Domains va nous permettre de créer de véritables Axiom éclatés sur plusieurs baies physiques autorisant la copie ou la migration de données de manière totalement intutive. Le SAS et les disques au format 2"5 s'invitent aussi au menu au sein de nouvelles briques (enclosures de disques).

Preuve que la pérénité n'est pas qu'un vain mot marketing, mes machines conçuent il y a 4 ans sont toujours d'actualité. Elles sont capables d'intégrer toutes les nouvelles évolutions et peuvent en remontrer aux stockages concurrents les plus récents question performances. Capitaliser sur son hardware existant sans jeter en accompagnant les besoins croissants de l'entreprise, c'est pas green ça ???? Financièrement la démarche à du sens puisque l'on ne se retrouve pas étranglé par une maintenance suffisamment dissuasive incitant à changer de produit pour un plus récent. C'est en quelque sorte l'un des côtés pervers de l'effet de gamme ....

Pillar refresh alert as R5 hits the streets
By Chris Mellor • Posted in Storage, 27th October 2010 14:07 GMT

Pillar has a near-term refresh of its Axiom array coming by the end of the year, in the form of a release 5 (R5) system, to be followed by more updates in 2011.

R5 is focused on a management update which will lay the groundwork for the management of multiple Axioms through one pane of glass. Mike Brewer, Pillar's chief technology officer, said: "Everything we do with data movement in one Axiom will also be able to be done between them."

Pillar will set the scene for new media types, with Release 5 adding Storage Domains to quality of service (QoS) and media type as ways of delivering Axiom storage services to users. With Storage Domains, Brewer said: "We have the ability to take physical assets in the system, say four Fibre Channel bricks (storage enclosures) and 2 SATA bricks from a system with six Fibre Channel bricks and 14 SATA ones, and put them in a domain which becomes a virtual Axiom machine to which QoS can be applied. It's a way to isolate customers' data in a cloud environment."

The management of a Storage Domain looks like the standard management of a full Axiom. There is an obvious multi-tenancy aspect to this. Brewer said: "We have customers with more than 40 bricks in a single system. Storage Domains will help here because you can more easily keep things isolated between customers... You can force a backup copy of data to go to different spindles."

In the R5 release you will be able to move an entire consistency group of connected storage resources for an application suite between Storage Domains or from one Axiom to another. Axiom's tiering data mover can move data between solid state and various disk drive tiers, then between Storage Domains, with the next step being to move data between different Axioms. Brewer said: "It's the ability of the storage pool to span multiple Axioms. Think VMotion."

In the future there will be a new set of brick enclosures standardised on a physical SAS interface. A 3.5-inch drive enclosure will be able to house both SAS and SATA drives with this interface. A smaller brick enclosure will be used for 2.5-inch drives. Both of these enclosures will be larger than today's enclosures and will have twice the number of disk drives in the same space by using the full depth of the enclosure.
Brewer said: "SSD technologies will evolve next year with a family of SSD drives. We'll present different qualities of service with different classes of SSD. For example, multi-level cell for a read-intensive QoS, with too much writing prevented to preserve reliability levels, and single level cell for write-intensive and performance-intensive QoS.

"We will be buying SSDs from suppliers and using our own controllers to affect QoS." This refers to the RAID controller in the bricks and not the use of a SandForce-type controller. Brewer thinks there will be different Fibre Channel drives in Axioms as well, such as 15,000 and 10,000rpm ones.

Axiom users can look forward to R5 this year and then probable enhancements of R5 next year and in 2012.
Pillar CEO Mike Workman said the company is growing with a slightly bigger headcount this year as compared to 2009, at 363 staff, and a higher budget as well. ®

mercredi 27 octobre 2010

Les performances du stockage dans moins de 5 ans selon Oracle


... infiniband, quand tu nous tiens !

QOS Pillar : utilisation du cache

Comme je vous l'ai déjà indiqué, outre le fait que le stockage AXIOM Pillar place finement les données sur l'ensemble des disques, ces dernières bénéficient d'une taille de cache RAM plus ou moins importante du fait de l'importance que vous y accordez . Comme vous pouvez le constater, la notion de QOS n'est pas ici un terme marketing mais une réalité tangible autour de laquelle s'articule le fonctionnement même de la baie. Ce cache est exclusivement dévolu aux données. Pour mémoire, une baie Pillar peut supporter actuellement jusqu'à 8 x 48 Go de cache, valeur qui devrait évoluer significativement sous peu ....

dimanche 24 octobre 2010

VMworld 2010 : Groupe de discussion stockage, les vidéos

Après le résumé, les vidéos (1h15)






Les liens Youtube :
http://www.youtube.com/watch?v=Rn9Ygs1uGVY
http://www.youtube.com/watch?v=eCPEBgcHZhs
http://www.youtube.com/watch?v=y-MgDkf4r9k
http://www.youtube.com/watch?v=Ur8KOeOTmJA
http://www.youtube.com/watch?v=i6sHQz2aQas

HADOPI : Juridiquement au point, informatiquement nul.

Un débat qu'il faut regarder pour comprendre ce qu'est un technocrate qui s'arc-boute sur ses certitudes. Avec 12 Md'€ de budget, à qui profite le crime ???? Je n'approuve pas le téléchargement illégal, mais j'approuve encore moins le flou artistique qui entoure les pseudo-preuves collectées et les entreprises délatrices à caractère commercial qui fournissent ces informations. Plus tu collectes, plus t'es payé non ??

jeudi 21 octobre 2010

Quelques photos du meeting du User Group VMware france d'aujourd'hui

Update : Présentation du User Group ICI


Présentation vCloud Director par vSly ... pardon Sylvain Siou

vSphere 4.1 par Nicolas Belot (VMware)

Démonstration de PCoIP vs RDP 7

Présentation Wyse / PCoIP / RDP7 par Christophe Montuy (Wyse)

Les 10 erreurs à éviter en environnement virtuel &
vFoglight par Philippe Incherman (Quest)


Quelques goodies rammenées du Danemark (Merci Valérie Soubiran)

mercredi 20 octobre 2010

Résumé du groupe de discussion stockage animé par Chad Sakac lors du VMworld Europe 2010


Je voulais vous relater un peu ce qui s'est dit dans Groupe de Discussion sur le stockage animé par Chad Sakac (VP VMware @ EMC) en mode "Expert généraliste en stockage" comme il se qualifie lui-même, je dirais presque agnostique, parce que franchement on a vécu un grand moment. On a tous laissé nos préjugés, nos préférences aux vestiaires et son questionnaire publié sur son blog nous a servi de fil rouge pour dresser un état des lieux de la manière d'utiliser le stockage dans le monde vSphere. Pour donner un peu d'intéractivité, le questionnaire était repris en séance et les 24 personnes présentes y répondaient au moyen d'une télécommande.

Dans la population présente 70% étaient des partenaires VMware avec un profil technique sachant que pour ma part j'appartenais à la catégorie mioritaire des 12,5% d'utilisateurs finaux.

J'ai pu retenir les choses suivantes :

- A la question quel principal type de protocole de stockage utilisez-vous ?
On a eu droit à : 75% de FC, le ISCSI représente 12,5%, NFS 8,3% FCOE 4,2% ...

Oui, je fais partie de cette minorité de fous early adopters, "very very very early days" comme il nous dira, qui ont consolidé il y a un an les IOs des serveurs avec du FCOE sur Nexus, mais avant je faisais du ISCSI ! Cependant, Chad nous indique que ça ne reflète pas le marché car il ya un plus fort taux sur le marché de ISCSI et NFS du fait de leur simplicité de mise en oeuvre et de leur faible coût de déploiement.

- Utilisez-vous VMFS et NFS ensemble ou l'un des deux ?
La réponse a été 62,5% de VMFS, 4,2% NFS et 33,3% VMFS+NFS
L'assistance pense que NFS est inapproprié pour de larges déploiements au-delà de 2-300 VMs.

Chad nous rappelle quelques principes de base :
* Le métrique Mb/s c'est la bande passante (bandwith)
* Le métrique IOPs c'est le débit (throughput)

La majorité des IOs sont de petites tailles variant de 4k à 8k. Or, il est très difficile de saturer un lien avec de petits blocs mais il est très facile de le faire avec de gros blocs. En résumé, NFS n'est pas si inapproprié, cependant son gros désavantage réside dans lla résilience des communications lors d'un failover par exemple à cause d'une panne de port ou de switch. A un instant t, on utilise un seul lien Ethernet à la fois [NDR : même en trunk. J'ajouterai que la qualité des commutateurs utilisés influe pas mal aussi sinon à quoi ça servirait que Cisco y fasse des Catalyst 6513 ???? Je vous renvoie à l'un des posts sur le SelfMadeNas pour illustrer la problématique de perf]

Les futures versions de vSphere auront des avancées en matière de support de NFS [NDR il eu fallu faire boire Chad après la session pour avoir + d'infos ...]. NFS4 introduira notamment le support de multi-sessions par connexions autorisant l'accès à un share par plusieurs chemins simultanés.

- Qu'est-ce qui est le plus frustrant pour vous aujourd'hui ?

La majorité des gens savent que leurs stockages ont des tonnes de fonctionnalités ... qu'ils n'utilisent pas : "so sad but so true" comme dit Chad :) Les gens achètent des machines terriblement sophisitiquées qu'ils n'utilisent que comme de simples JBODs ... [NDR : après on se demande pourquoi j'ai du Pillar Data moi].

Les gens continuent à utiliser leurs systèmes de stockages avec de la virtualisation comme ils le feraient avec de "simples" serveurs physiques. C'est d'autant plus vrai qu'il est frustrant de constater que l'on comble les lacunes ou les erreurs logicielles en ajoutant encore du hardware. Par exemple le problème posé par une requête SQL mal écrite sur Oracle mènera à ajouter du hardware plutôt que de revoir le coeur du problème en optimisant le code. [NDR : ceci étant, comme nous venons de le vivre au boulot, importer les 100Go de données Oracle de la compta en 2 minutes sur un LUN SSD pour recréer une base c'est plus sympa que d'y passer 3 heures]

Drôle aussi le passage sur les plug-ins ou Chad nous explique que la tâche première a été de permettre aux gars qui géraient les serveurs de voir le stockage mais de ne surtout rien modifier jusqu'à ce qu'il puisse être mis en place des règles strictes donnant accès à des fonctions limitant l'étendue des dégâts potentiels que ces inconscients d'administrateurs pourraient causer.

Le truc à la mode d'aujourd'hui c'est la dédup suivie de près par le thin provisionning.

Une dernière phrase clé : "Cost of the storage may blocks the virtualization project" à méditer !

Il faudrait pouvoir faire régulièrement ce type de session ou l'on ressort plus intelligent qu'en y entrant, vraiment trop fort ce gars !

lundi 18 octobre 2010

Mikii.fr : l'histoire de deux jeunes orléanais qui n'en veulent !

Pour l'anecdote, nos jeunes compères partagent leurs toilettes avec M. le Député Maire Jean-Louis Bernard dont les bureaux sont situés dans les mêmes locaux ....

Vu sur la Republique du Centre - le 18/10/10 par Nicolas Gauduin

En janvier dernier, deux anciens du campus d'Orléans installaient leur agence web Mikii.fr rue de la République. A 23 ans, les deux amis d'enfance connaissent une étonnante success story.

Il y a un an, ils jetaient les bases de leur agence web dans une chambre de 10 m² à Saint Jean de Braye, chez la mère de l'un d'eux. Aujourd'hui, à l'âge de 23 ans, ils collaborent notamment avec Sony Music France. Leur agence, Mikii.fr, occupe un classieux local d'une quarantaine de mètres carrés, en haut de la rue de la République.

Johan Beneval et Thibaut Lamanthe se sont installés dans ces bureaux en janvier dernier, après une première série de succès. « Le déclic est venu de la commande d'un cabinet d'avocats australiens, qui était tombé sur notre site et nous a demandé de construire le leur », se souvient Thibaut. Les deux jeunes associés prennent bien garde à ne pas se montrer surpris par cette ascension fulgurante, et se contentent d'un sourire qui en dit bien assez. Malgré leur jeune âge, ils entretiennent soigneusement une attitude de sérieux quasi imperturbable. Question de crédibilité.

En contrat avec Sony Music En effet, l'activité d'une agence web ne se limite pas à la création de sites Internet elle peut aussi développer une stratégie de communication et d'image pour ses clients. « On travaille donc parfois pour des entreprises qui n'ont aucun besoin en matière de web », explique Johan. L'agence Mikii.fr s'est lancée dans la conception de cartes de visites et de brochures. Leur contrat avec Sony Music concerne d'ailleurs la jaquette d'un DVD d'apprentissage, « Je suis guitariste ».

Cette polyvalence leur permet de proposer une large palette de services, un avantage certain pour une société qui cherche encore à élargir le cercle de sa clientèle. « Nous n'avons pas vraiment de clientèle type, précise Johan. Nous travaillons avec de grosses boîtes comme Sony Music, mais aussi avec des PME et des PMI, Ou encore avec une masseuse qui a pris le statut d'auto entrepreneur el qui avait besoin d'un site vitrine! »

Deux amis d'enfance. Johan Beneval gère la partie technique, Thibaut Lamanthe s'occupe du design. Une complémentarité qui ne date pas d'hier : ils se connaissent depuis le CP. Et sur le campus d'Orléans, où ils ont passé leur DUT Informatique, ils réalisaient en commun une bonne partie de leurs projets. Autant dire qu'ils préparaient leur coup depuis quelques années.

Bouger d'Orléans, monter sur Paris ? Ils n'en voient pas l'utilité pour l'instant. Leur activité leur permet de travailler à distance, indique Thibaut « Même si, c'est vrai, nous préférons avoir un contact direct avec nos clients de temps en temps. C'est pour cela que nous sommes installés juste à côté de la gare. Paris est tout proche de cette façon. »

Site web : www.mikii.fr/, Blog : www.mikii.fr/blog, Tel : +33 2 38 56 19 67

dimanche 17 octobre 2010

Nouvelle venue à la maison

Une petite tortie (tricolore) vient de rejoindre notre tribu : bienvenue Fantasia.

Tout en étant curieuse elle est très calme, très calîne mais déjà très déterminée !

Que d'émotions, c'est trop fatigant

PS : Tu vois Fozzy, je ne me suis par arrêté pour rien !

Telex : Décès de Benoît Mandelbrot

L'homme qui a mis la forme de nuage en équation, qui nous a démontré que le monde micro avait la même apparence que le macro s'en est allé jeudi dernier à Cambridge à l'âge de 85 ans. Mandelbrot est l'inventeur de l'approche mathématique appellée géométrie fractale largement reprise dans le monde de l'image de synthèse et dans celui de la compression de données.

samedi 16 octobre 2010

Vidéos du VMworld Europe 2010


Tour du Salon


Hands-on-Labs


With Steve Herrod

Résumé par VMworld TV

vendredi 15 octobre 2010

Notre VMworld Europe ....

Le 1er jour a été consacré à un échange et une séance de brainstorming avec nos contacts chez VMware Jean Williams, Kathi Kaplan, Victor Bonhert et quelques homologues du Dannemark, de Hollande ainsi que Mariano Maluf président du VMUG Global & Atlanta. Un dîner suivi d'une invitation de Chad Sakac à l'EMC vSpecialists Party a conclu la journée.


Le lendemain, nous avons pu visiter le salon au Bella Center. Au final, peu de nouveautés mais beaucoup de monde - 6000 personnes- de la prospective sur la gestion du Cloud avec notamment une démonstation de vCloud Director et de l'outil de gestion des infrastructures virtualisées pour IPAD. La coalition Cisco/Emc/VMware VCE présentait la concrétisation du concept cloud in the box avec un vBLOCk sur son stand et EMC un vPOD.

Les jours suivants nous ont permis de tenir avec nos collègues leaders et la très sympathique Jean Williams, le stand du VMUG au sein du Genius Bar (rien que ça). Outre la distribution de goodies, nous avons joué le jeu et nous nous sommes surpris à parfois répondre aux questions des visiteurs sur le licensing, le VDI, le stockage ...

En parallèle, j'ai pu assister à quelques conférence, faire du Hands-on-labs, et discuter avec quelques partenaires sur les produits et les roadmaps.

mercredi 13 octobre 2010

Quelques images du VMworld Europe 2010


Julien explique vSphere à Virtuanews

Visite en backstage du Hands-On-Labs avec Irish "le boss" et Jean-Philippe Lepage

Les nouveautés chez Cisco, notamment la VSG, présentées par Alexei et Thierry

Un grand moment avec Chad Sakac en mode Storage Guru

Le stand du VMUG au Genius Bar

Steve Herrod intervewvé par John Troyer

Une XIV

... et une belle VMAX qui trainait par là.

mardi 12 octobre 2010

Telex : Merci spécial

Un grand merci à Chad Sakac et à ses équipes pour nous avoir accueilli. Nous avons passé un super bon moment en compagnie de Sylvain, Hervé, Kareen, Olivier ... En plus la bière coulait à flot !

Démonstration de vCloud Director au VMworld Europe 2010

dimanche 10 octobre 2010

Le Cisco Nexus 1010 en action

Le Nexus 1010 constitue le pendant physique de l'appliance Virtual Supervisor Module (VSM) du Nexus 1000v. Il offre l'avantage de permettre aux équipes réseaux d'avoir la totale maîtrise des LANs virtuels sans aucune dépendance vis à vis des équipes chargées de la gestion des serveurs.

samedi 9 octobre 2010

Fin du bridage à 100cv pour les motos : quand je me remets à aimer l'Europe ...

Vu sur emoto.com : Fin du bridage à 100 chevaux des motos en France

Dans un memo publié le 1er octobre au sujet d'un projet de Directive, la Commission européenne indique vouloir supprimer le régime dérogatoire accordé à la France, lui permettant d'interdire l'immatriculation des motos de plus de 100 chevaux

La FFMC salue la victoire du bon sens européen sur les préjugés français ! Pour rappel, c'est par un décret du 30 novembre 1984 que l'État français a instauré la limitation de puissance des motocyclettes immatriculées sur son territoire à 100 chevaux, convaincu qu'il diminuerait ainsi le nombre d'accidents de la circulation impliquant ces usagers. En 1995, alors que les règles d'homologation des véhicules étaient devenues la compétence exclusive de l'Union européenne, la France avait réussi à négocier un régime dérogatoire, à l'origine à titre provisoire. Quinze ans plus tard, et alors qu'aucune étude n'a permis d'établir un lien entre l'occurrence de l'accident et la puissance du véhicule, cette spécificité française est toujours en vigueur, au grand mépris de la libre circulation des personnes et des marchandises. Car si la «loi des 100 chevaux» n'a eu aucun effet en terme d'accidentalité, elle a permis à certains importateurs de protéger leurs marchés en empêchant les motards de faire jouer la pleine concurrence sur le marché commun. Pire, elle les a exposés à une précarité intolérable en cas d'accident, les assureurs pouvant refuser de prendre en charge un sinistre occasionné avec une moto remise dans sa configuration d'origine. C'est pour dénoncer cette réglementation liberticide et discriminatoire qu'en 2007 la FFMC a porté plainte contre l'État français avec 15 399 autres motards, et interpellé le Parlement européen en exerçant son droit de pétition.

Malgré le rejet de ces plaintes, il semble que la Commission ait finalement entendu les motards français et souhaite aujourd'hui mettre fin à cette réglementation injustifiée. Un sentiment partagé par le Conseil général des ponts et chaussées qui reconnaissait dans un rapport officiel publié en janvier 2008 que «le bilan des accidents de motos n'[était] pas meilleur (...) que dans des pays qui n' [appliquaient] pas [la limitation]» et que «les vrais facteurs de risque, bien connus chez les motards, repos[aient] sur le comportement et l'utilisation non réfléchie qui [était] faite des performances (...). Or, ce comportement se manifeste dans la conduite d'engins de puissance bien inférieurs à la limite arbitraire de 100 ch.»

Le projet comporte également des propositions pour rendre obligatoire l'ABS sur les moyennes et grosses cylindrées, ainsi que des normes anti pollution plus contraignantes (euro 4, 5 &6). Si la FFMC est plutôt favorable à ces initiatives, elle s'inquiète de leur caractère obligatoire et notamment de l'incidence en matière de coût. Certes, le projet doit maintenant être voté pour pouvoir entrer en vigueur dans quelques années. Cependant, la FFMC espère que le Gouvernement français n'attendra pas d'être contraint pour respecter ses engagements communautaires et tirera rapidement les leçons d'un tel désaveu de sa politique de sécurité routière, empreinte de fantasmes et de raccourcis insensés. Il suffira, pour cela, d'un simple décret...

La FFMC

Jean-Michel Jarre prépare son concert du 2 Décembre à Orléans


Le Maestro est interviewé par la République du Centre

Telex : Rumeur de rachat d'Adobe par Microsoft

Ce rapprochement aurait un sens : il permettrait à l'éditeur de Redmond de mettre définitivement un pied dans le monde des outils de création graphique pour le web et surtout de prendre une place de leader dans celui du très juteux monde des applications pour produits Apple.

Vu sur Silicon.fr par David Feugey :

Les deux patrons auraient discuté de divers sujets, le plus important étant de savoir comment les deux éditeurs pourraient collaborer afin de contrer Apple dans le secteur de la téléphonie mobile. L’acquisition d’Adobe par Microsoft faisait partie des options envisagées. Voilà évidemment qui serait explosif, les deux compagnies proposant des plates-formes RIA (Rich Internet Applications) très avancées. Le Flash d’Adobe est aujourd’hui disponible (ou en passe de le devenir) sur de très nombreuses plates-formes mobiles. Microsoft Silverlight se veut pour sa part plus sophistiqué, l’ouverture ne se faisant toutefois qu’au travers de projets communautaires, comme Mono et Moonlight.

Si le marché a réagi positivement à cette rumeur - les actions des deux firmes étant en hausse -, tout n’est pas rose : la fusion de ces deux géants pourrait en effet chagriner les instances chargées de surveiller le marché et d’éviter l’apparition de positions monopolistiques. Toutefois, vu le poids actuel de certains acteurs, comme Oracle, Google ou Apple, une telle opération pourrait être rendue possible. D’un autre côté, placer Flash et Silverlight dans les mains d’une seule compagnie pourrait donner un coup de frein à l’innovation… faute d’une concurrence sérieuse sur le marché des RIA. Dans ce secteur, les utilisateurs profitent aujourd’hui de la surenchère technologique constatée entre les deux plates-formes. Et ce n’est certes pas JavaFX qui pourra reprendre ce rôle.

Enfin, il y a un point que Nick Bilton n’a pas relevé. La réunion entre les deux CEO pouvait avoir un autre but, moins excitant, mais aussi bien plus logique. Microsoft va prochainement dévoiler sa plate-forme mobile Windows Phone 7. Rappelons que seuls les programmes .NET peuvent fonctionner sur cette dernière, empêchant ainsi le portage ‘direct’ de certains logiciels, comme Firefox… ou Flash. Or, Adobe a su prouver qu’elle pouvait créer des solutions alternatives, tel l’outil permettant de transformer les applications Flash en logiciels natifs pour l’iPhone. Ce véritable compilateur, employant LLVM, s’adapte ainsi aux exigences d’Apple. Il est donc probable que Microsoft soit tout simplement venu demander poliment à Adobe de développer une version .NET (ou native ?) de son lecteur Flash et de son environnement d’exécution AIR, ce qui permettrait de mettre de nouveaux atouts du côté de Windows Phone 7.

Seul l’avenir nous dira quelles décisions ont été prises lors de cette réunion. Des annonces pourraient être formalisées lors de l’Adobe Max 2010 de Los Angeles, qui débutera dans quelques semaines.

jeudi 7 octobre 2010

Vous êtes Hadopi ou AboFree ?


Le dessin de cointe du jour sur le MagIT.

Etude annuelle du DCIG sur le stockage midrange


DCIG Midrange Array Buyer's Guide Now Available

DCIG is very excited to today announce the availability of a comprehensive Midrange Array Buyer's Guide that weights, scores and ranks over 70 midrange arrays from more than 20 different storage providers. But the reason that DCIG believes users will find this guide so helpful is that it was written and prepared from a user's perspective while fully disclosing what factors it did and did not take into consideration when arriving at its weightings.

The 2010 DCIG Midrange Array Buyer's Guide is a first in an important way. To the best of DCIG's knowledge, it is the first time any analyst firm had attempted to quantify on an individual basis what features are available on each midrange array, how these features should be scored and weighted and then ranked and published the results.

Those of you are familiar with my work will recognize that this Buyer's Guide goes well beyond the technology reports that I used to produce during the six years that I wrote for Storage magazine and the time since then that DCIG has run and operated its own data storage focused analyst firm and website that has offered some competitive analysis.

During that time, I have contemplated how DCIG could produce a report that is valuable to end users in helping them make a buying decision as well as to storage providers so they have objective source of competitive analysis. To accomplish that, I leveraged my combined prior experiences in writing for Storage magazine and my work experiences at First Data.

This Midrange Array Buyer's Guide is the outcome of those efforts as it eliminates a major headache for users by alleviating one of the most time consuming components of their midrange array buying decision - the information gathering and evaluation stage.

Using the Midrange Array Buyer's Guide, users can quickly come up with a list of multiple midrange array models that meet their specific needs. They now have access to a guide from an objective third party that lists what features each midrange array model does and does not support and scores and ranks them according to what features users view as important.Using it, they can make a decision as to which ones they want to test or even take the next step and get bids on competitive models.

In the process of preparing this guide, DCIG found that across the spectrum of midrange arrays covered in this Buyer's Guide, the following features were implemented and/or supported at or near 100% across all Midrange Arrays:

• Support for RAID Levels that were RAID 1, 5, 6 or come comparable equivalent
• Support for LUN Masking
• 24x7 phone support
• Email home support
• RoHS compliant

In terms of how this guide will help users, David Stevens, a senior storage administrator with a large northeastern university said this after reviewing the Buyer's Guide. "This will be very beneficial to all storage administrators who are trying to make a decision on what storage arrays to evaluate in their environment. The Buyer's Guide is very upfront about what it has and has not done in analyzing the different midrange array models and goes into fairly gory detail in terms of how it arrives at the scores, ratings and rankings for each midrange array model."

“Taking into consideration the number of enterprise midrange arrays that DCIG scored and ranked in its evaluation, there were those that definitely stood apart from the pack. However the storage controllers on the Pillar Axiom 600 did more than just stand out; they received the number 1 score and ranking from DCIG in 2010.

Considering the enterprise competition that Pillar was up against, that is a ranking that is well-deserved. But maybe more importantly, it should communicate to current and prospective Pillar Data customers that the Pillar Axiom 600 is ready to take care of an organization’s needs today and positioned to take care of whatever needs it may have in the future.”

mardi 5 octobre 2010

dimanche 3 octobre 2010

Self made NAS ... l'embryon de GUI

L'interface graphique sommaire. Oui je sais, orange c'est flashy mais c'est fun ! J'utilise les snapshots fournis par LVM, XFS n'en implémente pas. Il suffit de les partager dans samba et ...

Je peux créer et monter mes snapshots dans Windows 7... pas mal !

Pour suivre le début de l'aventure, vous pouvez suivre les liens ci-dessous :
http://ds45.blogspot.com/2010/09/self-made-nas.html
http://ds45.blogspot.com/2010/09/self-made-nas-premiere-question.html
http://ds45.blogspot.com/2010/09/selfmadenas-2-lepreuve-du-bench-avec.html

PS : Ca marche plutôt bien, hein mon cher Fozzy ???

Finalement, il s'est passé quoi en 22 ans d'informatique ?


Cliquez sur l'image pour agrandir

On a pété les Mainframe pour mieux les reconstruire ...

Update (pour mon copain fozzy) : notre cher Linux n'a hélas pas représenté de fortes parts de marché en entreprise, je ne l'ai donc pas évoqué.

samedi 2 octobre 2010

Week-end Upgrade View

Pour profiter à fond de ce week-end bien pluvieux je me suis attelé à la fois à finir de rédiger un rapport d'audit pour un de mes clients et à commencer le passage de View4.1 à View4.5. D'ors et déjà, il semble que le driver ODBC ORACLE 11Gr1 ne soit pas la tasse de thé de Composer. J'ai dû procéder au downgrade de ce dernier vers le 10.2.3. Ca à l'air de fonctionner.:)


Le security Server avec PCoIP est enfin là .. update : ben non, faut lire un peu la doc mon cher DS !

J'espère pourvoir tenir les perfs de provisionning de VIEW4.1 en SSD : 300 VMs en 5 Secondes ...
Update : Système Vidéo en View 4.5 via Security Server
... plus fluide que 4.1/ipsec.