mercredi 27 février 2013

Mes réglages perso pour mon Nikon D800

Le Nikon D800 est encore plus riche fonctionnellement que le D7000. Ici, point de mode AUTO, uniquement vos réglages perso pour immortaliser l'instant.


Voici quelques résultats :



Quelques images du club des experts VMware

Franc succès hier pour la deuxième session du Club de Experts VMware qui se déroulait à la Coupole à Paris. Il nous a été présenté la gamme Horizon, les dernières nouveautés Wyse ainsi que la solution VDI de Pivot 3 

 Christophe Jauffret, le maître de cérémonie
 Jean-Philippe Lepage alias JPL on stage
Nous étions un peu plus de cinquante
 Horizon Mobile
Présentation Pivot 3
 Présentation des dernières nouveautés Dell /Wyse
Valérie en guest star
Pendant ce temps, ça complotait au bar ...
Le tout s'est terminé sur une vBeer avec le VMUG.
Sur cette photo, une partie du gratin de la virtualisation francophone ...

dimanche 24 février 2013

Mes réglages perso pour le Nikon D7000

Voici un petit récapitulatif des réglages que j'utilise sur le Nikon D7000. On s'aperçoit rapidement que le boitier n'est pas forcément à la portée des amateurs lorsque l'on sort du mode AUTO.


Résultat ce soir à 23h15 avec un objectif  "tout venant"  TAMRON 18-270 PZD sur trépied

18mm f/4.5  ISO 100  25s
18mm f/4.5  ISO 100  30s

... comme quoi le D7000 à presque tout de son grand frère le D800.

vendredi 22 février 2013

Premier METTIS livré à Metz

Le premier METTIS a été livré il y a quelques jours au futur centre de maintenance des TCRM à Metz. Il se présente sou la forme d'un bus à moteur hybride diesel /électrique de 24m avec un look de tramway et rentre dans la catégorie des Bus à Haut Niveau de Service en site propre. Il peut transporter 150 personnes dans d'excellentes conditions. Ce type de transport va n'en nul doute se développer en France car il est  financièrement compatible avec les besoins des villes moyennes.



Telex : Nikon annonce la sortie du D7100


Hier, Nikon a annoncé le boitieramaeur expert  D7100 à la fois successeur du talentueux D7000 et du D300s agrémenté des raffinementss technologiques de la marque. Du D7000, la bête reprend le format APS-C ainsi que les riches fontionnalités, du D300s la tropicalisation légèrement renforcée, pour les avancées on retiendra 24 Mpixels, un processeur Expeed 3 comme sur le D800 et surtout l'absence de filtre passe-bas tout comme le Nikon D800E pour une qualité absolue des détails.


En termes de vitesse, le boitier semble en mesure de tenir les 7 à 8 images par seconde et intègre le système de reconnaissance de scène là-aussi du D800. Fonctionnellement, ce petit boitier fait aussi bien que le D4 ce qui présage une mise à jour pour ce dernier. Concernant le prix, on se tient autour de celui du D7000 à sa sortie soit un peu plus de 1000€ et ça c'est une vraie performance.

Autres exemples du Nikon D800 en basse lumière

De retour à Metz, je n'ai pas résisté à de nouveau immortaliser la Cathédrale St-Etienne (c'est un véritable coup de coeur)  avec mon D800 mais je me suis cette fois attardé sur l'intérieur. Les photos ont été prises en mode ISO auto entre 400 et 1600 avec l'optique Nikkor 14-24mm f/2.8.Le résultat est tout aussi probant que celui obtenu dans la Cathédrale Ste Croix à Orléans.






On en a pas fini avec HADOPI

Vu sur ZDNet.fr | Jeudi 21 Février 2013

Une Hadopi préservée par la mission Lescure ? Pas les procès

Législation : Attendu en avril, le rapport de la mission Lescure préconiserait selon Libération de conserver, au moins provisoirement, la Hadopi. Les simples téléchargeurs ne seraient en revanche plus poursuivis devant la justice.

Chargée par le gouvernement de réfléchir à des propositions sur le numérique et la culture, la mission Lescure devrait rendre son rapport en avril d’après Libération. La question d’Hadopi y sera naturellement abordée.

Et selon Libération, les « positions du missionnaire » Pierre Lescure seraient notamment favorables à un consensus concernant l’avenir de la Hadopi. La suppression de la haute autorité ne serait ainsi pas d’actualité – en tout cas dans un premier temps.

L'idée d'amendes pas enterrée 

En contrepartie, la mission Lescure préconiserait de suspendre la phase judiciaire, c’est-à-dire que plus aucune poursuite ne serait engagée par les Parquets à l’encontre d’internautes accusés de négligence caractérisée.

La fin de ces poursuites, qui serait entérinée par une circulaire du ministère de la justice aux procureurs, ne concernerait toutefois que les dossiers excluant un « enrichissement personnel ». Le piratage industriel pourrait – comme c’est déjà le cas – toujours faire l’objet de poursuites judiciaires.

Cette solution satisfera-t-elle les ayants droit ? Ce n’est pas certain. Mais une de leurs propositions, l’amende automatique (140 euros) pourrait toujours être adoptée. D’après Libération, si la Mission Lescure ne l’a pour l’heure pas retenue, cette proposition resterait « sur la table des négos ».

mardi 19 février 2013

Telex : Prochaine French vBeer

Oyez oyez, gens de la virtualisation francophone, le 26 de ce mois se réuniront autour d'au moins plusieurs bieres les honorables membres du VMUG.FR et les autres aussi (nous ne sommes pas sectaires). ? N'hésitez pas à nous suivre sur Twitter pour les infos @ivalet, @Jmousqueton, @DamRay, Slysiou, @kareenfrscaria, @aArriveCornec, @ProfDiablose, @J_Brison, @Hypervisor_fr, @vmdude_fr, @VirtTom, @harivchr, @jkaruttykaran, @DS_45 #vBeer #VMUGFR

samedi 16 février 2013

Photos de l'expo sur les mammouths au muséum d'Orléans

Photos réalisées au Muséum des Sciences Naturelles d'Orléans avec toujours le Nikon D800 et son Nikkor 14-24mm f/2.8








Un intrus ...

mercredi 13 février 2013

La cybersurveillance se met au datamining


Vu sur Le Monde.fr : Une société de défense crée un outil de traque sur les réseaux sociaux


L'analyse des réseaux sociaux n'intéresse pas que les experts en marketing. Dimanche 10 février, The Guardian a présenté un outil destiné aux gouvernements, capable de traquer les mouvements de personnes et de prédire leurs futures actions. Dans une vidéo datée de 2010 obtenue par le journal, un expert de la firme américaine Raytheon – la cinquième plus importante société de défense dans le monde – fait la démonstration de l'outil Rapid Information Overlay Technology (RIOT, soit "émeute").
Destiné à la défense américaine, RIOT permet l'analyse de données (data mining) provenant des principaux réseaux sociaux, de Facebook à Twitter en passant par le réseau fondé sur la localisation Foursquare. Les usages possibles montrés par la société sont "l'interception" de personnes ou d'effets personnels, comme un ordinateur professionnel.

EXTRAIRE LES DONNÉES DE PHOTOS

En analysant les données laissées sur les réseaux sociaux, il serait ainsi possible de connaître "en quelques clics" les lieux habituels d'une personne, ses connaissances et de prédire ses futures actions. L'outil peut notamment extraire la localisation d'une photographie envoyée d'un smartphone, à partir des données EXIF (Exchangeable Image File Format) attachées au fichier.

L'application est également capable d'afficher les relations de la cible dans un diagramme à partir de ses discussions sur Twitter. L'analyse du réseau social Foursquare, utilisé par 25 millions de personnes, permet elle de créer un "top 10" des lieux les plus visités.

L'entreprise, qui déclare ne pas encore avoir vendu sa solution, explique que la technologie a été partagée en 2010 avec le gouvernement américain et "l'industrie" dans un effort de recherche et développement. L'initiative visait à créer un système de sécurité national capable d'analyser des "milliers de milliards d'identités en ligne", rapporte le quotidien britannique. Avec cet outil, la société déclare vouloir répondre aux nouveaux besoins des Etats-Unis en termes de sécurité nationale, même si RIOT a bien été autorisé à l'export sans grandes restrictions.

The Guardian rappelle au passage que l'analyse de données publiques sur Internet par les autorités est légal dans la plupart des pays, notamment aux Etats-Unis. Cela n'empêche pas la création de Raytheon d'inquiéter. Pour l'Electronic Privacy Information Centre, cet outil pose des questions sur la quantité de données disponibles sur une personne en ligne et surtout sur les possibilités de collecte sans régulation de ces données aux Etats-Unis.

Comme le souligne The Register, les outils d'analyse du comportement des internautes sont monnaie courante dans le monde du marketing, notamment de la part de géants comme SAS ou IBM. La différence est qu'il s'agit de données souvent anonymisées et agrégées. Le site spécialisé estime que l'attention portée à l'outil de Raytheon est disproportionnée face à la puissance d'outils "marketing" ou des bases de données de Google ou de Facebook, qui pourraient également permettre de créer des profils individuels détaillés.

dimanche 10 février 2013

Software Defined Datacenter et what else ?


L'an dernier, pour la première fois l'on a vu le nombre de machines virtuelles provisionnées dépasser celui des machines physiques. La vitualisation et VMware n'y sont pas étranger puisque celà devient une simple formalité que de déployer son template en quelques minutes à partir d'un OS  et de ses drivers standardisés alimentant les pérphériques virtuels présentés par l'hyperviseur. Ceux qui n'ont pas connu la joie de l'installation d'une machine physique et des  galères qui l'accompagne ne connaissent pas leur chance !  A présent, on passe à l'étape suivante : le gommage total de l'adhérence entre la machine et TOUS les périphériques physiques vus comme de simples commodités : le réseau et le stockage sont en ligne de mire. 

Cisco a par exemple présenté son initiative de réseau convergent NEXUS mixant sur un seul câble LAN et SAN supportant les VXLANs permettant les vMotions - ou Live Migration si vous êtes de l'autre monde- agnostiques du point de vue configuration réseau, tandis que d'autres tels qu' EMC prépare le tiering  total en ramenant le cache sous forme de disques flash dans le serveur amortissant l'alimentation des disques mécaniques de plusieurs baies de stockage en arrière plan, Oracle prépare lui sa nouvelle génération de baie convergée SAN/NAS Pillar pour Datacenter mutualisé supportant jusqu'à 18 Péta-octets dans une seule machine et puis il y en a même tels que Nutanix qui supprime carrément les baies de stockage disques ... L'intelligence du contrôleur devient une VM.

Pour autant, à l'heure où sortent les premières normes ISO sur l'Eco-efficience du datacenter, je m'étonne de ne pas trouver de normes au regard des capacités d'accueil et de fonctionnalités de ce dernier. Je m'explique : qu'attend-t-on pour donner des étiquettes aux différentes commodités et afficher clairement sur le portail de provisionnement de l'utilisateur le niveau de performance envisageable, son taux d'occupation et la charge actuellement supportée ? Par exemple le pool de stockage basse performance -SATA 5400- pourrait avoir la valeur total de 10000 avec une possibilité de réservation maximale pour mon usage de 100 et une latence acceptable. Celui à très haute performance -SSD SLC- aurait une valeur totale de 1 000 000 mais une réservation possible de 10 pour mon usage personnel et ainsi de suite pour tous les périphériques. Mis bout à bout, tous ces labels permettraient de donner une valeur totale pour un datacenter donné susceptible d'en connaître les capacités. Mieux, avec l'indication de la consommation des ressources mise à jour par exemple toutes les minutes, nous aurions des métriques normalisés de taux d'utilisation. 

Mais bon, pour l'instant c'est un voeu pieux dans la mesure où il faudrait que tous les acteurs se mettent d'accord :) mais ce sera l'étape indispensable pour passer à l'âge de raison et à la vraie interopérabilité inter-Cloud. 

mardi 5 février 2013

Salon du Chat à Tours 2013

Ce week-end, c'était le salon du chat de Tours, une bonne occasion de faire quelques photos pour l'AFPL.